Ça chauffe ?

Adapter les températures selon les pièces de votre logement

Pour un confort idéal et réaliser des économies, vous pouvez ajuster la température de votre logement selon les pièces :

  • les pièces à vivre devraient avoir 19 °C,
  • les chambres pas plus de 16 °C,
  • la salle de bain 17 ou 22 °C en fonction de son utilisation…

Plus qu'à découvrir les conseils ci-contre, pour mieux comprendre ces choix de température pièce par pièce.

Image

Le saviez-vous ?

20° C, c'est la température moyenne idéale, selon les Français, pour ne pas avoir froid chez soi.

Choisir la température idéale pièce par pièce :

allier le confort aux économies

19 °C pour le salon, la salle à manger, la cuisine et le bureau

La règle édictée par le Code de la construction et de l’habitation est simple : la température des pièces à vivre (salon, salle à manger, cuisine et bureau) doit être limitée à 19 °C. Cependant, la réalité est plurielle : si vous vous activez aux fourneaux ou si vous regardez un film, la température ressentie ne sera pas la même. Idem si votre logement est humide ou exposé au sud…

Chaque degré compte ! Par exemple, réduire de 1 °C le chauffage fait baisser votre consommation énergétique de 7 %(2) et inversement. Ramenées sur une année, les économies d’énergie réalisables sont loin d’être négligeables pour votre budget comme pour la planète.

16 °C, soit la température idéale pour un sommeil réparateur

 Dans les chambres, 16 °C est la température recommandée par l’ADEME. Associée à une bonne couette, elle garantit un sommeil réparateur et un réveil sans migraine. Bien fermer les volets et les rideaux limitera les pertes de chaleur. Vous aimez lire avant de dormir ? Une bouillotte améliorera grandement votre confort.

Dans les chambres des bébés, la température doit être plus élevée –entre 18 °C et 20 °C-, car la régulation thermique des nouveau-nés n’est effective qu’après plusieurs mois. Il en va de même pour les enfants qui ont tendance à se découvrir pendant la nuit.

Pensez également à aérer quelques minutes chaque jour : ce réflexe santé ne vous fera perdre que très peu d’énergie.

17 °C à 22 °C pour cette pièce de passage

Certains espaces nécessitent des températures différentes au regard de leur utilisation ou de leurs occupants. Dans la salle de bain, 19°C ne sont pas suffisants pour vous réchauffer à la sortie d’un bain ou d’une douche et ne sont pas nécessaires le reste du temps, même si l’humidité du lieu doit être résorbée. Optez pour 22°C en cas d’utilisation et 17°C le reste du temps, comme dans les W.C. et les dégagements.

Le plus ? Un sèche-serviette ou un chauffage soufflant qui réchauffera la pièce en quelques minutes.  

Encore frilleux ?

Pour plus de confort, pensez pull ou plaid avant d’augmenter la température. Et éventuellement, pourquoi ne pas utiliser un petit chauffage d’appoint pour compléter votre système de chauffage central ?

 

La température idéale de votre logement est choisie ?

Place à sa régulation !

Pendant la nuit, dans les pièces à vivre inutilisées ou en cas d’absence durant la journée, 16 °C suffisent, voire 12 °C, en cas d’absence prolongée… à condition que la température augmente à temps pour être agréable à votre arrivée !

Pour éviter le gaspillage tout en bénéficiant d’un confort optimal, des outils programmables sont indispensables. Et les solutions ne manquent pas :

  • des robinets thermostatiques : installés sur les radiateurs, ils les maintiendront à la température choisie en fonction du type d'occupation de la pièce et des apports gratuits de chaleur,
  • des thermostats connectés : ils permettront de piloter et de programmer votre chauffage à distance, 
  • une sonde extérieure : elle mesurera la température extérieure et la transmettra à votre chaudière qui anticipera les variations de climat et adaptera la température ambiante en fonction de vos besoins.

En général, un chauffage est considéré comme insuffisant lorsqu'il ne permet pas d'atteindre 18 °C au centre de chaque pièce. En cas de surchauffe ou de sous-chauffe, un juge peut notamment prononcer des sanctions (au cas par cas) pour la réparation du préjudice subi par l'occupant du logement. Les démarches à faire varient si le logement est habité par un locataire ou s'il est habité par son propriétaire et qu'il fait partie d'une copropriété.

Comment mesurer la température d'un logement ?
La température d'une pièce d'un logement correspond à la température de l'air, mesurée au centre de la pièce et à 1,5 mètre au-dessus du sol. Pour obtenir la moyenne des températures, il faut pondérer la température de chaque pièce par son volume. Un exemple de pièces, la 1re pièce a une température de 18 °C et fait 20 m³, la 2e pièce a une température de 19 °C et fait 25 m³ :

  • La température de la 1re pièce doit être multipliée par : 20 / (20 + 25), c'est-à-dire 20/45, ce qui équivaut à 0,4.
    La température pondérée est de 18 × 0,4 = 7,2 °C
  • La température de la 2e pièce doit être multipliée par : 25 / (20 + 25), autrement dit 25/45, ce qui équivaut à 0,6.
    La température pondérée est de 19 × 0,6 = 11,4 °C
  • La moyenne des températures du logement est de : 7,2 + 11,4 = 18,6 °C

À savoir : Si vous avez l'impression qu'il fait trop chaud ou trop froid, vous pouvez faire vous-même un contrôle de température ou le faire faire à vos frais.

Les exceptions pour chauffer à plus de 19° :

  • Permis de construire déposé avant le 1er juin 2001 (C'est le cas des Battières !),
    et si cela ne suffit pas, il existe toutefois (fort heureusement) des exceptions pour :
  • les locaux et établissements sanitaires et hospitaliers ainsi que les logements dans lesquels sont donnés des soins médicaux,
  • Les locaux qui logent ou hébergent des personnes âgées ou des enfants en bas âge. (Articles : Art. R. 241-25 à Art. R. 241-29 du Code de l'Énergie).

Pour votre parfaite information : Articles du code de l'énergie (La reproduction du texte intégral est disponible sur le portail officiel). La création du 1er décret n°2015-1823 date du 30 décembre 2015 : ce décret est toujours en application et plus que jamais d'actualité. Au sens et pour l'application des dispositions de la présente sous-section et des arrêtés prévus aux articles R. 241-28 et R. 241-29 :

  1. La "température de chauffage" est la température résultant de la mise en œuvre d'une installation de chauffage, quelle que soit l'énergie utilisée à cette fin et peu importe les modes de production de chaleur.
  2. La " température de chauffage d'une pièce d'un logement ou d'un local destiné à un usage autre que l'habitation " est la température de l'air, mesurée au centre de la pièce ou du local, à 1,50 mètre au-dessus du sol.
  3. La " température moyenne d'un logement ou d'un ensemble de locaux destinés à un usage autre que l'habitation " est la moyenne des températures de chauffage mesurées dans chaque pièce ou chaque local, le calcul de la moyenne étant pondéré en fonction du volume de chaque pièce ou local.
  4. Un " local à usage d'habitation " est constitué par l'ensemble des pièces d'un logement.

Article R. 241-29 : Introduit par : D. 2015-1823 du 30/12/2015 NOR : DEVR1510508D JO du 31/12/2015 Pour effet le 01/01/2016 En ce qui concerne les logements, les locaux et les établissements dans lesquels sont donnés des soins médicaux à des personnes non hospitalisées, les établissements hospitaliers et les logements, locaux et établissements où sont logés ou hébergés des personnes âgées ou des enfants en bas âge, des arrêtés conjoints des ministres chargés respectivement de l'énergie, de la construction et de l'habitation et de la santé, pris après avis du comité consultatif de l'utilisation de l'énergie, et, le cas échéant, du ou des ministres intéressés fixent, par catégorie, les limites supérieures de chauffage calculées conformément aux dispositions de l'article R. 241-25 qui sont applicables à ces locaux ou à ces établissements.

En conclusion, nous pouvons maintenir une température supérieure à 19° mais raisonnable sans pour autant être totalement "Hors la loi !